Historique de la Maison Félix-Leclerc

La maison Félix-Leclerc est construite en deux étapes. Le corps principal est bâti à la fin du XIXe siècle par Michel Denis, dit Saint-Denis, propriétaire de la terre de 1858 à 1881, ou par son fils, Joseph, propriétaire des lieux de 1881 à 1931. Ce bâtiment est caractéristique des maisons rurales de style Second Empire au tournant du XXe siècle.

Le second volume est construit ultérieurement. La maison reste entre les mains des descendants de la famille Denis jusqu’au milieu du XXe siècle, puisqu’Émilien Denis en a été le propriétaire de 1931 à 1950.

La maison est achetée en 1956 par Félix Leclerc (1914-1988). Poète, écrivain, dramaturge et chansonnier québécois de renommée internationale, Leclerc a profondément marqué la scène artistique francophone. Son œuvre, inspirée de la nature et du quotidien, aborde des thèmes fondamentaux comme la vie, la mort, l’amour et le pays, d’où sa popularité au Québec et en Europe.

Leclerc réside à Vaudreuil dès 1945.

«À Vaudreuil, aussitôt que le nom de Félix Leclerc est prononcé, il se trouve toujours quelqu’un pour évoquer d’autres souvenirs.»
— Marcel Brouillard (Félix Leclerc, L’homme derrière la légende)

Cette maison est la troisième résidence qu’il habite dans cette localité. Il l’occupe pendant une décennie. La demeure, qui fait face au lac des Deux Montagnes, est située sur une grande propriété comprenant des bâtiments secondaires. Une ancienne forge et une remise sont construites à proximité. Un petit pont conduit à la partie arrière du terrain, où sont bâties, parmi les taillis, une remise et une grange. Leclerc garde dans cette dernière une chèvre, un cheval, des canards et des poules chinoises. Aussi, il baptise la grange L’auberge des morts subites. Il souhaite la transformer en théâtre du village et lieu de rendez-vous culturel. Ce rêve ne se matérialise pas, mais la grange sert à l’occasion de local de répétition pour des comédiens. L’endroit inspire également une pièce de théâtre de l’auteur intitulée L’auberge des morts subites.

La maison et son site constituent ainsi une source d’inspiration pour l’auteur. Vaudreuil est d’ailleurs à cette époque un lieu de rencontre pour des créateurs de divers milieux, du Québec et de la France. 

En 1958, le cinéaste Claude Jutra (1930-1986) tourne quelques images à l’intérieur de la maison pour son documentaire de l’Office national du film intitulé Félix Leclerc, troubadour. Le décor et les finis de l’intérieur de la maison sont demeurés les mêmes que ceux qu’il est possible d’apercevoir dans ce documentaire.
(Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2009)

Après le départ de Félix en 1967, Andrée Vien et Martin habitèrent la grande maison blanche aux volets bleus encore quelques années. C’est à cette époque que Martin Leclerc a développé sa passion pour la photographie et qu’il aménagea une chambre noire à l’étage de la maison. Puis, en 1973, un homme d’affaires de la région racheta la propriété.